Bélinda Ibrahim

Mister Big…

Mister Big…

 

Carrie Bradshaw* a le sien, vous aussi… Votre rencontre avec Mister Big équivaut émotionnellement à la puissance d’un choc entre deux galaxies. Ce brun ténébreux aux yeux de braise et au sourire ravageur transforme vos jambes en coton au premier regard. Vos deux «bonsoir» échangés au moment où l’on vous présente l’un à l’autre scellent déjà une foudroyante et magnétique attirance très ouvertement réciproque.

Assis à l’autre bout de la table qui vous réunit avec une bande d’amis à un dîner-boîte de nuit, il ne vous adresse pas la parole. De temps à autre, un regard insistant jusqu’à vous donner la chair de poule… et puis, le grand moment : il se lève, s’avance vers vous et d’un geste de la main, vous invite à danser… Vous vous levez comme hypnotisée alors que le D.J. fait basculer la sono en un slow langoureux des années 80, "I am a woman in love" de Barbara Streisand mixé avec la version française "Je suis une femme amoureuse" de Mireille Mathieu… Vous vous laissez guider dans ses bras qui vous enveloppent jusqu’à vous couper le souffle ; vous posez naturellement votre tête sur son épaule comme un oiseau qui retrouve son nid… Une impression de "déjà vu" flotte dans l’air… Votre slow se transforme en étreinte lascive au grand étonnement de vos amis communs ! L’une de vos copines vous tape sur l’épaule et vous questionne du regard. C’est alors que vous prononcez vous-même les premiers mots avec Mister Big : «Je crois que nous nous donnons en spectacle, allons nous rasseoir…»

Cette fois-ci, il prend place à vos côtés et à son tour de sortir une phrase qui vous glace de bonheur : «Je sais ce qui te passe par la tête et je le partage…» Vous n’avez plus qu’une seule hâte: raconter à votre maman que vous avez trouvé l’homme de votre vie! Mister Big s’arrange pour vous déposer en dernier et note scrupuleusement votre numéro de téléphone pour ne "plus avoir recours à des intermédiaires".

Vous réveillez votre mère à 2h00 du mat et lui murmurez à l’oreille, toute euphorique : «Je viens de rencontrer l’homme de ma vie !» À moitié endormie, elle vous demande de contenir vos états d’âme jusqu’au lendemain…

Carrie Bradshaw* a le sien, vous aussi… Votre rencontre avec Mister Big équivaut émotionnellement à la puissance d’un choc entre deux galaxies. Ce grand sépharade aux yeux rieurs et à l’irrésistible fossette sur la joue droite qui semble d’ores et déjà vous faire un clin d’œil coquin, est très certainement envoyé par votre ange gardien pour transformer votre séjour dans ce club de vacances en pleines chaleurs du mois d’Août en une délicieuse brise romantique…Sa théorie sur la séduction, ses techniques et ses rouages est encore plus simpliste que les conclusions de Beigbeder. Selon Mister Big, « L’amour ne dure pas trois ans » : « L’amour met trois jours ! »  C’est simple : un jour pour tomber sur vous en repérage autour du gigantesque buffet de desserts pour clôturer le repas en douceur(s) et vous demander si la mini ration de beurre qu’il tient dans les mains serait par hasard du miel !? Et vous de répondre que « l’évidence même voudrait que ca soit du beurre et rien d’autre… » Pari gagné et sourires complices échangés…Un autre jour pour vous retrouver, parce qu’un club, c’est plein de monde et que chacun de vous avait, la veille, regagné de son côté sa table juste après l’intermède quizz-beurre…Et enfin un dernier pour ne plus vous quittez maintenant qu’il a (enfin) réussi à mettre la main sur vous !

Deux nuits et trois jours pour tout oser : nager avec lui comme avec les dauphins spécialement entraînés pour s’occuper d’enfants autistes ; c'est-à-dire le tenir par les épaules (et pas  par les nageoires !), se caler sur son dos et le laisser vous entraîner dans la grande bleue ; observer les étoiles, assis sur un long ponton de bois tout en vous racontant mille histoires et faire un remake de « Un homme et une Femme » chabadabada et embrassades à l’appui, prenant grand soin de vérifier si l’image de vos deux ombres reflétée par les flots est (presque) aussi harmonieuse que celle de Jean-Louis Trintignant et Anouck Aimé ; faire la fête à la soirée blanche organisée par le club en contractant un mariage blanc scellé par la promesse d’une lune de miel de sept jours vers une autre destination vacances pour poursuivre votre idylle…

Vous envoyez de go un texto à votre mère lui disant que vous venez de rencontrer l’homme de votre vie…Elle vous répond en vous demandant de lui renvoyer un texto de confirmation le lendemain matin…

Carrie Bradshaw* a le sien, vous aussi… Votre rencontre avec Mister Big équivaut émotionnellement à la puissance d’un choc entre deux galaxies. Vous le rencontrez entre deux vagues sur une plage de sable fin au soleil couchant. Chating dans une eau turquoise assortie à la couleur de ses yeux. C’est Ralph Fiennes non pas dans «  Le Patient anglais » mais dans « L’Impatient français » qui vous demande illico d’accepter son invitation à dîner en tête à tête (et aux chandelles !) vers 20h dans le coin resto de la page, réservé aux non désillusionnés de l’amour ou aux cœurs d’artichauts qui, comme vous, sont la preuve vivante que les coups de foudres sont aussi fréquents que les levers et couchers de soleil (le calcul est simple : au bas mot deux fois par jour !) Vous acceptez de suite. Après tout ce n’est pas « Indecent Proposal » (c’est un peu dommage !), juste un repas à partager à deux dans un endroit idyllique…

La soirée est magique. On dirait que l’univers s’est mis de concert pour faire de cette nuit un concentré des « mille et une nuits » ! Pleine lune, étoiles qui rient, piano qui accompagne votre émoi…et Mister Big qui se lève et demande à chanter live un morceau à votre intention… « Quelques mots d’amour » de Michel Berger résonnent comme dans un rêve. Il s’installe au piano et ses mains et sa voix jouent la partition qui scelle votre rencontre… (Et, avec, votre superbe histoire d’amour, votre éventuelle vie à deux, et pourquoi pas ? les bébés que vous allez faire ensemble…)

Vous réveillez votre mère à 7h du mat avec ces mots : « J’ai VRAIMENT rencontré l’homme de ma vie ! » Et de recevoir, pour écho, son rire cristallin...

Carrie Bradshaw* a le sien, vous aussi… Votre rencontre avec Mister Big équivaut émotionnellement à la puissance d’un choc entre deux galaxies…

….Mais pourquoi donc votre mère ne vous retourne pas votre appel ? Vous avez une super nouvelle à lui annoncer : Ca y est, vous avez rencontré l’âme soeur !

Le portable vibre enfin. C’est votre maman. « Monsieur le Maire, auriez-vous l’amabilité de confirmer à la dame qui est au bout du fil, ma mère en l’occurrence, que je viens de me pacser avec la femme de ma vie ? Elle est prise d’un fou rire…Vite monsieur le Maire…Mince ! Elle a déjà raccroché… »

Conclusion : contrairement à vous, Carrie a réussi à garder (au moins un) Mister Big dans sa vie… Il est vrai que quatre fins différentes ont été tournées par les producteurs de « Sex and the City », incapables dans un premier temps d’en choisir une, mais tout cela est bien plus compliqué dans la vie réelle…

 

 

* La chroniqueuse de charme et héroïne de la série culte "Sex and the City".

 



02/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres