Bélinda Ibrahim

Les pères et leur « Job Description »

Pères : fabrication, posologie et mode d'emploi !

 

 

Il y’a avant tout le Père Noël, ultime référence ! Mais aussi le présent-absent, le papa pot-de-colle, le virtuel et le plus que parfait ! Si la figure paternelle reste l’incontournable condition pour l’épanouissement et le développement de tout un chacun, place à l’humour et à la dérision pour l’autopsie de types de pères en situation…

 

 

Le papa présent-absent

 

C’est un homme qui vit sa paternité par intermittence, voire de manière prostatique. Un coup oui, un coup non, voilà qu’il revendique –on ne sait jamais trop pourquoi- son rôle et statut de père…quand ça l’arrange ! Autrement, ce cher monsieur ne sait tout simplement pas quel âge exact ont ses chères têtes blondes, pas plus que le nom de l’établissement scolaire qu’ils fréquentent et le genre d’études qu’ils y suivent. Quant à leurs dates de naissance, c’est à peine s’il ne confond pas celles de l’aîné et du benjamin.

En revanche, il est incollable sur le moment de leur fabrication : « c’était le mois de mai au cours d’un voyage en Suisse… » Suffit de rajouter neuf mois  et le compte est bon.

Le présent-absent délègue tous ses pouvoirs paternels : nulle question de se lever la nuit pour les bébés (y’a des gens payés pour ça !) d’accompagner les enfants à l’école, d’assister aux réunions de parents, de prévoir des sorties en famille en dehors des déjeuners conventionnels…seulement le voilà qui fait volte-face les fins de mois à la seule vision du carnet scolaire ! « C’est moi qui le signe, je suis le papa… » Et il appose sa signature solennellement, prenant soin de ne laisser aucune place à la vôtre, distribuant des remarques à la ronde pour faire celui à qui rien n’échappe alors qu’il est totalement à côté de la plaque ! Son grand problème ce sont les moyennes : il n’arrive plus à suivre à partir du moment où elles sont réparties sur 100 et non plus sur 20. Les mentions aussi : « passable, c’est donc qu’il passe ! »

Avec lui, pas question de faire « allo papa bobo », il appelle illico maman à la rescousse en lui disant : « tu sais mieux te débrouiller avec eux, je n’y connais rien ». Le père présent-absent fuit tous genres de responsabilités qui incombent à sa situation de parent et délègue à qui veut bien le décharger…C’est un éternel adolescent qui a besoin d’être lui-même couvé, alors ses mômes peuvent bien chercher tutelle ailleurs !

 

 

 Le papa pot de colle

 

Dans la salle de travail, c’est lui qui inspire et expire au rythme de vos contractions avant vous. Il coach votre gynéco et vous accompagne tous les mois pour votre visite de contrôle. C’est à peine s’il ne bouscule pas votre accoucheur pour être le premier à tenir bébé dans ses bras. Papa est là et ne bougera plus ! Champion toutes catégories confondues en pouponnage, il est le premier à langer, baigner, et faire le guet (et la police) devant la chambre de bébé au cas où les soins lui étaient mal prodigués.

C’est avec grand soulagement qu’il accueille votre décision de sevrer le nourrisson : c’est lui qui lui donnera désormais le biberon !

Plus le temps passe et plus le papa pot-de-colle devient résistant et adhésif.

Il est partout : aux goûters d’enfants, fêtes de fin d’année, visites médicales, activités parascolaires (où il est le seul père volontaire parmi une nuée de mères)…Affublé de sa caméra, il filme les menus détails du quotidien de ses rejetons, pour ne rater aucun moment de leur précieuse évolution. Il collectionne leurs dents de lait, leurs premières mèches de cheveux, accumule une montagne d’albums photos. Il les accompagne à toutes leurs sorties et a du mal, plus tard,  à lâcher du lest en faveur du p’tit copain ou de la p’tite copine. Papa pot-de-colle est exclusif et jaloux : il veut toujours être de la partie même si on lui signifie que sa présence n’est pas souhaitée.

Finalement, si la vie se charge de mettre un peu d’espace entre lui et ses enfants, il y consent « fair play », mais attention, papa pot-de-colle se prépare secrètement à jeter son dévolu sur… ses petits enfants !

 

 

Le papa virtuel

 

Autant naître sans lui puisqu’il n’y est pour rien. Il dépose sa semence et se retire pour ne réapparaître qu’à travers les transactions bancaires. Le papa virtuel est un billet vert dans un panier de monnaies. Il assure tout ce qu’il faut à ses rejetons pourvu qu’on ne lui demande pas de s’impliquer émotionnellement (il y’a des psy pour pallier à ça, d’ailleurs il paie très cher les séances bi- hebdomadaires de ses enfants). Ecoles privées et enseignement éclectique, garde-robe griffée, gouvernante, chauffeur, répétiteur à domicile, TOUT est fait pour que ses enfants soient traités comme des princes.

Il demande un rapport mensuel à son épouse, via son assistante, pour s’assurer de la bonne marche de son petit monde et vaque à ses occupations hors famille.

Le papa virtuel se fait tellement rare que ses enfants viennent à souhaiter que Noël soit une fête bi annuelle ! Lorsqu’il daigne se mêler à un repas de famille, c’est un grand, très grand jour. Papa virtuel est un homme extrêmement occupé et important…et il le fait sentir à ses enfants : « attention papa travaille, faut pas le déranger…papa est fatigué… » Il s’emploie à cultiver une aura autour de sa personne et distribue ses paroles tout comme sa présence au compte goutte. Il communique avec ses enfants plus facilement par téléphone : droit au but, sans fioritures ! Il se fait un devoir d’assister (exclusivement) aux cérémonies officielles de ses enfants : baptême, première communion, remise de diplômes et mariage. Pour les accouchements de ses enfants, il est aux abonnés absents, papa virtuel est incapable de jouer le rôle de grand-père virtuel puisqu’il n’y a qu’il n’existe en réalité qu’une  mère (et  future grand-mère) dans cette famille !

 

 

Le papa plus-que-parfait

 

C’est le père idéal ! Tour à tour tendre et autoritaire, il sait distribuer la bonne dose. Présent quand il le faut, absent quand il le faut, ce papa de rêve est le prince charmant dont rêvent toutes les petites (et grandes) filles. Le papa plus-que-parfait participe de pair avec son épouse à l’éducation de ses enfants. Sa quote part dans ce qui lui incombe est son Credo. Il est au courant de tout ce qui se passe dans la vie de ses mômes et intervient quand il le faut sans verser dans l’excès. Il représente l’autorité ultime, dans un jeu savant de la loi de « la carotte et du bâton », qu’il entreprend d’appliquer avec la complicité de son épouse. Cette dernière se fait un devoir de rester l’amie et la confidente des enfants mais laisse le dernier mot (qu’elle aura bien pris soin de souffler) à son époux pour trancher lorsque la situation l’exige.

Papa plus-que-parfait trouve du temps qualitatif à partager avec ses enfants. Il s’enquiert de leurs loisirs et fait de son mieux pour les partager. Les vacances familiales sont, pour lui, prétextes à rattraper le temps que ses occupations auraient grignoté sur son rôle de parent.

Solide et rassurant, il incarne pour ses enfants sécurité et refuge, quelles que soient les situations. Il sait se montrer affectueux sans débordements émotionnels inutiles et se faire craindre à la moindre incartade. A Noël, c’est souvent lui qui se déguise en Père Noël, distribue les cadeaux pour ensuite reprendre son rôle de père plus- que- parfait, à la fois adulé et craint comme seuls les vrais pères peuvent l’être !

 

                                                                         



10/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres