Bélinda Ibrahim

Le seigneur de la rose sans nom

Le seigneur de la rose sans nom

 

C'est Jean Reno en blond, siglé comme dans « Les Visiteurs » d'une étroite et directe ascendance familiale dans le monde de la philosophie et des lettres: alliage parfait entre un physique de séducteur et un mental de la noblesse intellectuelle; du moins c'est ce à quoi on s'attend, promiscuité parentale oblige. Lourd héritage d'un célébrissime nom, tantôt dopant, tantôt laminant, qui le condamne à donner la (bonne) réplique dans des sphères spirituelles qui lui sont parfois imposées eu égard au "titre" auréolé stigmatisant qu'il n'a pas choisi de porter.

Confortable de se faire précéder par un nom qui représente à lui seul tout un programme: dès que monsieur est annoncé, les spéculations vont bon train; c'est ainsi qu'au fil des années, il a appris à se familiariser avec l'œuvre de son illustre parent pour s'en faire une belle carte de visite à l'adresse de ceux qui recherchent en lui les traces d'une éventuelle transmission de pensée… héréditaire!

Vous le rencontrez suite à l'intervention d'une amie commune qui vous assure qu'entre vous deux, ce sera le coup de foudre instantané. D'ailleurs, elle lui a refilé vos coordonnées en ayant pris soin de vous décrire comme étant la huitième merveille du monde.

Rendez-vous fut pris pour un verre en fin d'après-midi sur une terrasse fabuleuse. Vous arrivez en premier, talonnée de très près par lui… vous le reconnaissez instantanément. Lui de même. Élégance nonchalante, bronzage dosé à la bonne teinte, propos d'une finesse exquise, brise estivale pour accompagner ce moment enchanteur couronné par une invitation à vous joindre à un dîner prévu chez des amis… Vous acceptez avec simplicité. D'ailleurs il doit prendre l'avion le lendemain et quelle meilleure solution pour continuer votre investigation que de l'accompagner à sa soirée.

Ballet de portières que l'on ouvre et que l'on referme pour vous, il vous confie en chemin, sa passion pour les roses dont il a fait son métier. Le Grand Seigneur des floralies est aussi un amoureux des vignobles et des déserts sans fin. C'est ainsi que vous vous découvrez à mesure que le repas avance, une fascination et un intérêt réel pour ce personnage si différent. Il vous raconte ses longues et magiques escapades dans le désert et en bon conteur talentueux, vous projette, toute affaire cessante, dans un remake du « Patient Anglais » au sein d'une interminable file de chameaux foulant les dunes d'or et transportant aussi précieusement que les rois mages leurs offrandes, des provisions de réserves spiritueuses et… des draps de lin blanc! En somme, de petits Relais pour grands Châteaux…

Et puis la rose du Petit Prince qui transparaît dans les fragments de son discours et ses consœurs, racontées dans toutes leurs spécificités, leurs couleurs et leurs origines… Le seigneur de la rose sans nom a, tout le long de son récit, pris grand soin de maintenir un vouvoiement que ses yeux charmeurs de grand séducteur narguent.

Il vous raccompagne et vous fait des adieux baise-main. Vous jetez votre dévolu sur Morphée dans les bras duquel vous rêvez à mille étoiles…

Vous êtes cueillie à votre réveil par un texto charmant que le seigneur de la rose sans nom a pris soin de vous écrire avant son départ matinal. Il est heureux et ravi de vous avoir connue et espère vous revoir. Vous répondez le surlendemain sur le même tempo. Il y répond succinctement et… silence radio. Quinze jours plus tard, vous dînez avec des amis et votre portable vous annonce la réception d'un message. Il est 23h00. C'est lui qui vous convie à une soirée à l'occasion de son anniversaire dans une belle capitale européenne. Il vous relance avec prestance. Bien sûr que vous allez vous y rendre, surtout qu'il a prévu d'inviter votre meilleure amie en vous mentionnant qu'il «n'existe de plus grand bonheur que celui que l'on partage.» Le doute n'est plus permis: cet homme est le digne descendant du fabuleux auteur du lexique amoureux des deux derniers siècles.

Ladite soirée s'avère plutôt douloureuse pour votre ego: de charmantes jeunes femmes aux jambes interminables, (dé)vêtues de tenues très in papillonnent autour du maître de céans. Il vous accueille très chaleureusement mais est de suite happé par les beautés sur échasses qui vous dépassent d'une bonne tête en dépit de vos 1,70 m sans talons! Vous commencez à vous demander sérieusement ce que vous faites dans cette ruche en ébullition-compétition en attente de voir couronner sa reine. Convives hétéroclites pour une soirée quand même très symbolique. Étonnant tout ça de la part d'un homme qui vous avait semblé sélectif au point de verser dans un excès de sophistication qui n'était pas pour vous déplaire. Erreur de jugement: vous avez, sous vos yeux et en vrac, un échantillonnage des « jet setters » à la une des soirées du monde international branché. Quelle déception! En Cendrillon fair play, vous rentrez de votre soirée, accompagnée de votre meilleure amie (qu'il avait invitée pour vous!?) et fermement décidée à fermer une parenthèse qui n'avait finalement eu qu'une existence virtuelle. Le seigneur de la rose sans nom achèvera votre trip tout comme il l'avait entamé: par un texto de remerciements émus pour votre cadeau si personnalisé et original…

Et pour avoir accepté de figurer parmi sa galerie de modèles et d'enrichir sa pépinière d'une rose supplémentaire aux effluves orientaux un soir d'anniversaire? Sans doute!

Citations et pensées

Aragon: «La rose naît du mal qu'a le rosier. Mais elle est la rose.» Qui est alors son seigneur?

Verlaine: «Ah! Quand refleuriront les roses de septembre?» Son seigneur n'en a apparemment aucune idée!

Ronsard: «Et rose elle vécut ce que vivent les roses, l'espace d'un matin.» Et son seigneur centenaire-sénile-en maison de retraite?

Saint-Exupéry: «C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.» 7 sms et deux soirées !?

Gilbert Bécaud: «L'important, c'est la rose l'important…» Alors son seigneur, c'est du bluff!?

ROSAIRE À RÉCITER AVEC FERVEUR, ACCOMPAGNÉ DE LA MENTION SUPPLÉMENTAIRE: «Seigneur, faites que les roses se réincarnent en narcisses! Merci.»

 

 

 

 



02/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres