Bélinda Ibrahim

La mégère virale

La mégère virale

 

Elle vous tombe dessus comme un rhume : avec un simple éternuement et quelques postillons savamment dirigés. Il faut dire qu'elle sévit comme la grippe, mais avec un rayon d'action et un spectre de nocivité quasi invariable les 365 jours de l'année ! Pas de vaccin ni d'antidote à cette personne dont le moteur de vie se réduit à espionner celle des autres, faire des spéculations trash, des rapports douteux, et surtout, nourrir les fausses rumeurs sur un pas endiablé de flamenco.

La mégère virale se mélange à toutes les sauces pourvues que celles-ci soient pimentées. Vous la retrouverez se dorant au soleil de la dernière plage in de la capitale, cachée derrière une paire de lunettes télescopiques qui lui octroient un don d'ubiquité infaillible. Elle détecte en moins de deux les couples adultères, ceux en voie de l'être et ceux qui l'ont déjà été ! Elle en arrive presque à lire sur les lèvres. Ses QG nocturnes sont les boîtes où il fait bon voir et y être vu. Là, c'est son regard perçant qui balaie les tables et les bars à la recherche du scoop qui pourrait rendre sa soirée palpitante. Généreuse comme elle l'est, nulle question de ne pas mettre au parfum ses copines qui n'ont pas la chance de se retrouver comme elle, au rendez-vous d'un incontournable évènement hot ! Elle dégaine alors son portable et refile de go toutes les infos live, à la Léon Zitrone commentant un tiercé mais en bien moins drôle. Elle questionne les serveurs, les propriétaires des pubs, ses voisins de table…tout est bon pourvu qu'elle obtienne l'info désirée. Pathétique femme qui devrait s'acheter une vie au lieu de s'occuper de celles des autres. Bien entendu, après avoir réalisé de quoi la mégère virale était capable, qui voudrait encore s'apitoyer sur son sort de quinqua célibataire vouée à le rester après que son officiel ait pris la poudre d'escampette ? C'est qu'elle s'ennuie ferme la dame et ne trouve pas chaussure (pantoufle ou charentaise peu importe), à son pied. La gent masculine à laquelle elle aspire ne saurait exister à ses côtés que dans le domaine de ses fantasmes : ces hommes qu'elle convoite ont quand même une solide réputation de tombeurs et un tableau de chasse bien rempli pour risquer de les travestir en s'affichant-même à titre amical- avec Euronews version feuilleton égyptien live !

La voilà condamnée à traîner sa personne (et sa navrante solitude) auprès des quelques âmes (pas si charitables que ca !) qui acceptent encore de la recevoir, souvent elles-mêmes avides de nouvelles croustillantes à se mettre sous la dent. La mégère virale aurait quand même réussi à se frayer une petite place dans le cercle des adeptes du voyeurisme tout terrain qui se voient bien obligés de l'inviter à dîner pour se régaler des potins qu'elle a pris soin d'accumuler pour eux à temps plein. Seulement, la mégère communément virale n'a pas toujours raison et c'est là où le bât blesse : elle saute parfois trop vite à des conclusions qui satisfont peut-être sa petite cervelle de vulgaire potineuse mais qui sont loin de cadrer avec la vérité ! C'est ainsi qu'elle transforme de go un couple d'amis d'enfance qui se retrouvent pour une soirée détendue en un couple adultérins ! Tellement plus simple de basculer dans le sordide plutôt que de voir certaines belles réalités en face, à savoir que les vraies amitiés existent bel et bien et que la vie n'est pas qu'un interminable chemin pavée de coucheries, n'en déplaise à cette authentique tête chercheuse de scandales !

Mais bon ! Paraît-il qu'il faut de tout pour faire un monde…mais ce dernier aurait été nettement plus agréable si Noé avait jeté de son arche cette espèce qu'on arrive aujourd'hui à souhaiter urgemment… en voie d'extinction !

 



13/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres