Bélinda Ibrahim

La femme invisible...

La femme invisible...

 

 

C'était une femme de détails. On aimait surtout chez elle ses petits riens qui étaient en réalité son tout. Charmeuse et enjouée, la flamme de son regard et sa vivacité venaient à bout des états d'âmes les plus rébarbatifs. Elle respirait la joie de vivre et inspirait celle d'aimer. C'était paradoxalement sa force et son talon d'Achille, mais elle ne le savait pas encore. Il a fallu qu'elle rencontre un homme, différent des autres, avec lequel elle partageait certes beaucoup de choses sauf … l'essentiel. Mais là encore, elle avait opté pour la politique de l'autruche, trouvant toujours les bonnes raisons pour expliquer certaines attitudes pour le moins étranges. S'assurer ainsi que son choix était bien le bon, qu'elle était aimée bien sûr même si la passion n'a jamais été au rendez-vous, même si elle ne gardait aucun souvenir d'une étreinte particulière ou de moments d'intimité dont le pic aurait retenu son attention et marqué sa mémoire. C'est en se regardant dans les yeux de cet homme sans jamais s'y trouver qu'elle a commencé à se sentir disparaitre petit à petit…jusqu'à devenir invisible. Elle pouvait débarquer chez lui en ayant changé la couleur de ses cheveux ou porté un top sexy, qu'il aurait manqué une fois sur deux de ne pas le remarquer. En revanche, une petite piqure de moustique sur le bout de son nez était vite repérable ! Pourtant, elle avait affaire à un scanneur de détails. Mais chez les autres. Jamais chez elle. Elle, il ne la voyait pas ou du moins pas très souvent. Il y'avait parfois des sursauts de reconnaissance qui fusaient du genre « comme tu es belle ! » comme s'il la découvrait pour la première fois. Cela rendait la femme invisible un peu plus opaque, l'espace de quelques jours où le monde devenait pour elle une fête inespérée. Et puis, le temps aidant, elle s'était trouvée d'autres atouts : elle était également « arrangeante »…Pour quelqu'une comme elle qui adorait « déranger les pierres », ce n'était pas flatteur loin de là. C'était offensant. Pourtant cet homme là, elle y tenait encore sans jamais comprendre pourquoi alors qu'elle était devenue une somme de frustrations accumulées, qu'elle ne s'aimait plus, évitait et craignait les moments d'intimité qu'elle vivait comme une épreuve pour son corps qui ne servait qu'au strict minimum dans leurs échanges sous la couette. La volupté n'était jamais au rendez-vous. Et qu'est-ce qu'elle rêvait de ces moments là en espérant qu'un jour ils viendraient la surprendre et l'entrainer dans une ivresse et un abandon dont elle avait presque oublié les sensations. Mais rien ne survenait, rien ne venait la secouer de sa léthargie…La femme invisible a commencé alors à mourir chaque jour un peu plus…mourir de l'intérieur comme les fleurs qui se fanent avant même qu'elles ne soient écloses. Et puis se dire que quoiqu'elle fasse, il ne le remarquerait sans doute jamais…puisqu'il ne l'a jamais « regardée » comme elle avait envie d'être regardée. Qu'avec lui, elle ne sentait pas femme et encore moins femelle, qu'elle n'osait même pas envisager de donner à leur relation une tournure plus hot, plus dynamique, de peur de rencontrer un échec qui achèverait ce qui restait d'elle. Alors, elle s'est réfugiée dans une dimension autre, et trouvé des alternatives de séductions virtuelles pour combler son manque lequel, de fossé, devenait au fil des jours un abîme. Bien sûr, elle a pensé se faire du bien ailleurs, dans d'autres bras, ceux qui rassurent, ceux dont elle sort comblée, repue…ceux qui boostent sa féminité en quelques minutes, ceux qui la considèrent comme la 8ème merveille du monde, qui réagissent au son de sa voix et sont fous amoureux de détails chez elle qui paraitraient somme toute si insignifiants lorsqu'on y pense. Aimer par exemple sa quasi invisible fossette au coin de sa bouche ou sa voix rauque encore pleine de sommeil, c'est ridicule diraient plus d'un ?! Oh que non ! Ce sont ces détails là qui font la marque déposée d'une personne, ces signatures qui sont le pont entre le visible et l'invisible, ces fétichismes banals qui donnent forme à une femme et l'assurent de sa séduction. Mais aussi diaphane qu'elle soit devenue, la femme invisible résiste encore à la tentation de céder à tout ce qui la ferait vivre, sourire et rire à nouveau…  

C'est fou le pouvoir magique et/ou maléfique de l'amour d'un homme lorsque seul son regard suffit à construire une femme…ou à la détruire. Irrévocablement.



02/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres