Bélinda Ibrahim

La soixante huitarde attardée !

La soixante huitarde attardée !

 

 

Elle n’a plus vingt ans mais semble l’ignorer ! Tout comme le 21ème siècle lui est étranger, prisonnière qu’elle est de son fantasme mariné à la sauce de mai 68 ! Oui, elle s’en ira décrocher et accumuler tous les diplômes possibles du moment que ça rajoute un peu de piment à son CV personnel bien fade. Notre Christophette Colombette n’a pas choisi la voie facile : ce sont les USA qu’elle vise, billets et passeport verts en ligne de mire ! Parce que les défis à relever, c’est son dada, et puis cela lui permettra de s’affranchir enfin de l’autorité parentale : oui elle a parfaitement le droit de découcher à près de quarante balais ! Pour ceci, faut commencer par plier bagages et quitter le pays du « qu’en dira t-on », se trouver dans la foulée un mari, faire une grande école et adhérer aveuglément aux nombreux disciples de « the sky is the limit ! »

Seulement la voilà bien embarrassée du haut de son ambition démesurée : battante elle l’est, mais elle surestime ses forces de pseudo wonder woman. La voilà bardée de diplômes comme un officier américain décoré post Vietnam, mais affectivement seule ! Pas l’ombre d’un compagnon de route, notre miss ayant placé la barre trop haut après avoir été vaguement courtisée par un diplomate. Elle s’était vue du coup propulsée - pourquoi pas- du côté de la Maison Blanche. Alors de fine bouche en occasions ratées, la voilà qui revient pour une virée touristique dans son pays de naissance, histoire de se retremper dans son milieu biologique et revoir ses proches et –dans la foulée- ses ex.

A partir du moment où elle pose les pieds sur son sol natal, tout devient sujet à critique : mais comment donc a-t-elle pu vivre dans ce pays à la limite tiers mondiste ? Oui, sa vie est certainement ailleurs, là où sa carrière l’attend. Et puis, aujourd’hui, elle se fout pas mal de tout ce que l’on pourrait penser d’elle. Elle veut « vivre sa vie » et peu importe tout le reste. Son trip ? Le remake de Mai 68 ! Exit complexes et préjugés ! Sa liberté de penser, de vivre, de l’exprimer l’emporte sur tout. Elle incarne à elle seule Sainte Thérèse en extase permanente ! Parenthèse locale fermée et cap outre atlantique avec des velléités modestes : prendre d’assaut le continent. Un mois passera sans nouvelles de la soixante huitarde attardée. On la pense bien dans ses baskets de conquérante hors norme. Seulement, la voilà qui donne de ses nouvelles à un ex avec lequel elle avait gardé le contact, l’entretenant au fil des années de ses exploits de lutteuse tout terrain, et pour lequel elle a gardé un grand faible , mais qui -O malheur !- a une femme dans sa vie. Elle lui envoie un email SOS déprime suicidaire : elle ne tient plus le coup, souffre de solitude, n’a plus envie de vivre, et veut…rentrer au pays ! Le sieur- charité chrétienne oblige- écoute son désarroi et tente de la conseiller au mieux. Peine perdue, notre miss va terriblement mal. Elle est en train de payer d’une traite le revers d’une médaille trop reluisante qui lui a fait miroiter bien d’illusions. Sa décision est prise presque malgré elle : là voilà contrainte de prendre l’avion la queue entre les jambes vers un pays qu’elle a méprisé mais dans lequel elle a quand même décidé de se refaire une santé affective avant de repartir de nouveau du côté de l’oncle Sam, dans l’espoir de valider ses diplômes en monnaies sonnantes et trébuchantes. Ses distinctions obtenues à coup d’un labeur immense  n’apportent malheureusement aucun plus à sa carrière d’origine- délaissée pour l’ivresse des échelons- à part la ramener à la case départ et lui signer un échec cuisant dont les retentissements seraient fatals à son équilibre psychique. Alors mai 68, en mai 2008, y a erreur grave de perception… et de timing, tout comme « Love, love me do » n’est pas une UV optionnelle comprise dans un diplôme aussi honorifique soit-il !

 

 



13/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres