Bélinda Ibrahim

Les vieux amants

Les vieux amants

 

 

Ils s’aiment depuis toujours. Bien avant qu’ils ne le sachent eux-mêmes. Les vieux amants sont des âmes sœurs à qui le destin a permis de se croiser. Dès leur première rencontre alors qu’ils étaient encore adolescents, ils ont compris qu’ils ne se lâcheraient plus quelles que soient les contraintes, l’évolution de leurs vies futures, l’éloignement, la séparation et toutes ces malédictions qui s’abattent sur les Roméo et Juliette en puissance. Les vieux amants n’ont jamais grandi. C’est le temps qui a passé sans que leur cœur ne prenne une ride. Et puis ils existent beaucoup plus dans l’absence que dans la présence. Leur histoire n’est pas quantifiable. Ils ne diront jamais « nous avons passé quarante ou cinquante ans
ensemble ».
Pourtant ils carburent sur le même tempo, se retrouvent à
chaque fois des années plus tard  sans plan préétabli, juste pour un simple rendez-vous avec eux-mêmes. Pour vérifier que la flamme est toujours là et que l’étreinte reste passionnelle. Follement addictive. Les vieux amants sont la flamme et le flambeau. À eux deux, ils embraseraient la terre entière. Ce qui les rend si différents des couples traditionnels, c’est justement ce rapport désinvolte au temps qui passe. Là ou les années font des dégâts, ils restent préservés. Intacts. Les vieux amants ont gardé l’insouciance de leurs jeunes années et la fougue de leur jeunesse passée. Dès qu’ils se revoient, ils tombent dans une régression attendrissante. Chacun est le miroir de l’autre. L’image n’en est que plus embellie. Ce sont des êtres qui ont pressé sur « pause » sur la télécommande du temps qui passe. Avec eux, le temps suspend son vol. Ils ont l’art de le défier et à chaque fois, le pari est gagné. Bien sûr qu’ils ont connu le doute et la jalousie mais leur transparente complicité a vaincu à chaque fois les écueils qui se dressaient sur leur chemin. Les vieux amants ont scellé un pacte à vie : celui de se mobiliser l’un pour l’autre jusqu’à ce que la mort les sépare. C’est ainsi qu’ils ont vaincu plus d’une bataille qui aurait pu avoir raison d’eux. Et puis chacun a sa vie, sa famille, sa patrie. En fait, tout est là pour les séparer à jamais et pourtant, jamais rien n’y fait. Ils résistent depuis des décennies à l’ennui et à l’érosion du temps. Normal puisqu’ils se voient si peu qu’en additionnant toutes leurs rencontres, ils se seraient fréquentés à peine un an. Juste de quoi fêter leurs noces de coton et continuer à se conter fleurette comme tous les amours qui bourgeonnent avant d’éclore. Les vieux amants ont trouvé le secret de l’amour éternel : ils sont restés dans un recommencement sans fin, dans des préliminaires interminables. De quoi attiser leur passion pour de
très longues années. Ils sont toujours en manque l’un de l’autre. Jamais repus. C’est sans doute ce qui explique le secret de cette relation inordinaire, qui n’est pas soumise aux lois humaines. C’est un peu comme s’ils s’apparentaient au divin et à sa toute puissance.  Les vieux amants se lancent dans des tas de projets à « faireensemble »sachant pertinemment qu’ils ne pourront réaliser que très peu d’entre eux. Mais c’est ce qui alimente leur lien et qui leur permet de perdurer dans la durée. Ils fantasment sur des vacances dans des iles lointaines toutes couvertes de sable blanc. De bungalows qui abriteraient leurs ébats de longues semaines à huis clos. Alors qu’ils peuvent à peine se permettre un entre deux portes, une nuit volée, un 5 à 7 au forceps. Mais rien ne les arrête ou les décourage. Ensemble, ils redeviennent des enfants. Et des enfants qui s’aiment, il n’y a rien de comparable, de plus pur, de plus beau. Alors ils se cachent comme des maquisards afin que les jaloux et les envieux ne détruisent pas ce trésor tissé au fil de longues années de patience. Et lorsque l’opportunité d’une rencontre survient, ils s’y adonnent comme des nouveaux époux durant leur première nuit de noces. Quant à la lune de miel, ils sont déterminés à la vivre en bousculant un peu le temps et les conventions. Quelques jours n’importe où suffiraient. Pourvu qu’ils soient ensemble. Qu’ils dorment et se réveillent ensemble, juste pour goûter au cycle d’une vie de couple ordinaire avant de repartir vers leur dimension. Cet ailleurs dont personne n’a réussi à percer le mystère. Même pas eux.

 

 



16/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres