Bélinda Ibrahim

Les petits fermiers modèles !

Les petits fermiers modèles !

 

Vous trouverez leurs adorables avatars gambadant dans FarmVille (la ferme virtuelle sur facebook) comme des fermiers pro ! Planter, semer, cueillir, décorer, traire les vaches, nourrir les poules, fertiliser les terres de leurs voisins, compléter des collections pour scorer, travailler sur des projets de plantation en « co-op » avec leurs amis, tout est bon pour troquer virtuellement leur peau chagrin de citadin pollué contre celle des amoureux de la nature. Un job/détente verdoyant qui arrive toujours à temps pour booster les humeurs maussades. Il suffit d’un click pour pénétrer dans cet univers où tout est parfait, net et si joli ! Et puis l’échange est si agréable et le voisinage toujours prêt à rendre service. Il faut dire que quoique nos apprentis fermiers fassent, une récompense les attend au tournant. Tout peut contenir un cadeau inespéré : ils peuvent trouver du fuel dans un œuf aussi bien que le « collectible » qui manque précisément à leur collection. Et puis petite ferme devient très vite bien grande mais jamais assez. Alors ils agrandissent leurs « barns » de rangement, font des agencements, et deviennent par la force des choses des paysagistes en puissance. Ils se rendent visite, laissent des messages à leurs amis et prennent des photos qu’ils publient dans leur page « home » à chaque réaménagement des lieux. Ce qui est savoureux, c’est que cette escapade virtuelle se fait en images et son : une symphonie inachevée en basse-cour mineure caresse leur ouïe. Et si certains les prennent pour des « fous », cela veut dire que les 85 millions de personnes qui s’adonnent à ce jeu dans le monde seraient à interner ! Que trouvent donc ces fermiers et fermières à ce jeu ? Tout simplement un monde apaisant qui répond à leurs attentes et ne les déçoit jamais. Avec FarmVille, le pari est toujours gagnant contrairement au jeu de la vie et de ses réalités. Et puis ce jeu là n’est pas que l’apanage des femmes loin de là : les deux sexes trouvent un plaisir inégalé à s’évader dans leurs domaines et tout ce beau monde rêve de pouvoir habiter sa ferme. C’est dire à quel point l’investissement personnel et émotionnel est important. Même pour ceux qui sont là pour scorer et par esprit de compétition, la ferme et son monde merveilleux finit toujours par l’emporter sur le cumul des points. A chaque fois qu’ils pensent avoir atteint un seuil dans le jeu qui leur ferait faire du sur-place, une nouveauté est sitôt mise en place par les ingénieux inventeurs de cette addiction qui ne sera jamais délaissée par ceux qui ont mordu à son délicieux hameçon. Et puis des amitiés réelles voient le jour à travers cette confrérie : on est voisins dans FarmVille mais on finit toujours par se rencontrer dans la vie. Vous devinerez bien que les propos échangés autour d’un verre ou d’un café tourneront exclusivement sur la dernière tactique à suivre pour devenir plus performant ou comment « customizer » ses collections afin que ses proches s’en servent et non pas le cerf ou l’autruche qui passaient par là (!) En bref, transposer ses virtualités dans le quotidien et se dire qu’Internet à ceci de bien : il permet de se rapprocher des autres sans engagement ou de s’en éloigner sans ménagement. C’est un gage de liberté absolue que les règles de la bienséance sociale n’offre pas. Dans le virtuel on choisit toujours, dans le réel on subit souvent. C’est là que réside toute la différence. Alors, à vos fermes, prêts ? Partez … !

 

 



04/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres