Bélinda Ibrahim

Le buvard à whisky

Le buvard à whisky

 

 

Le Capitaine Haddock ne connaît pas l'existence de l'H2O. Pouah! Pour se désaltérer, les fois où l'alcool a mis son palais à rude épreuve, il opte pour une boisson soft: la bière.

Séduisant et séducteur, son punch est alimenté par son taux d'alcoolémie, souvent imperceptible par le commun des mortels.

Il entre dans votre vie en conquérant et vous envahit. Sans autorisation ni préavis. C'est ce qui vous fait d'ailleurs chavirer: voilà enfin un homme qui assure!

Désormais dans votre vie, il y aura un avant et un après-Capitaine Haddock. À l'aide de sa potion magique - sa bouteille de whisky quotidienne -, le druide de l'amour se fera un devoir de bousculer vos paramètres et de réduire votre visibilité à des instantanés Polaroïd. À la minute où vos regards se croisent, les dés sont jetés et votre sort avec. Il ne vous lâche plus, d'ailleurs vous êtes plus que consentante: vous planez.

Le scotch et ses dérivés. Le scotch et ses synonymes. La fusion, l'amour fou, la passion.

Il est jaloux de l'oxygène que vous avez pu inspirer avant et sans lui. C'est tous les jours l'acte de contrition, revu et corrigé par un tyran impitoyable qu'aucun argument, hormis vos larmes, ne convaincrait d'arrêter ses reproches toujours injustifiés.

C'est qu'il a le cœur sur la main, le tendre monsieur. Dès que votre regard se voile, il se fond en excuses, vous prend dans ses bras, vous dorlote, vous berce. Vous êtes son grand amour, la femme de sa vie. Comment avez-vous pu exister avant de le rencontrer alors que « vous êtes née pour lui »?

Le buvard à whisky s'avère problématique à gérer. C'est un agent double qui travaille pour et contre vous, pour et contre lui-même. Sa vie se résume à un grand écart permanent entre un monde auquel il aspire sans s'y reconnaître et un autre, le sien, qu'il rejette et critique sans cesse tout en lui revendiquant son appartenance avec panache les fois où le bât blesse. Une schizophrénie identitaire à l'état pur dans laquelle il vous entraîne sans répit. Vous l'aimez si fort que vous abandonnez tout pour le suivre dans son trip alcoolisé. Il vous le rend bien. Jamais homme ne vous aura donné ce sentiment enivrant de régner en maîtresse absolue sur sa vie et dans son cœur. Polygame acharné, il se convertit pour l'amour de vous à une monogamie résistante à toute épreuve. Vous êtes son moteur, sa joie de vivre, son port d'attache et sa seule certitude. Vous transformez son intérieur, votre futur "nid d'amour" en y mettant votre âme. Vos empreintes sont partout, votre touche signe les moindres détails de sa demeure. Votre vie de couple s'annonce et s'officialise: vous recevez et vous êtes reçus ensemble. Sur les cartons vous êtes déjà M. et Mme Haddock.

L'impatience commence à se faire ressentir avec vos retards à entamer votre procédure de divorce. Vous avez pris un peu trop de temps à son goût pour l'enclencher… Vous vous hâtez de vous mettre au pas d'une valse juridique beaucoup plus courte que prévu. En neuf mois votre mariage est déclaré nul. Rien ne s'est jamais passé. Un seul mot a biffé des années d'union. Vous êtes enfin libre mais, curieusement, vous n'en éprouvez aucune satisfaction! Maintenant que votre libre arbitre est votre unique boussole, vous hésitez à céder à nouveau une liberté dont vous n'avez pas encore digéré le prix exorbitant et suicidaire.

Vous faites marche arrière. Vous avez la trouille: vous êtes lasse de contenir son addiction à l'alcool, ses promesses de désintoxication jamais tenues, ses moments de sobriété qu'il vit comme une punition et vos soirées-énigmes-angoissantes dont vous ne connaissez jamais l'issue pour laquelle Maître Absolut choisira d'opter (hurler et faire fuir les convives ou faire le pitre), vos trajets en voiture, à rouler à tombeau ouvert dans un délire psychédélique qui s'achève version Pink Floyd mais en plus réel: dans un mur, coup de lapin garanti! Mais aussi l'idée du recommencement, des bébés et des couches-culottes, de l'engagement, d'un contrat à signer, d'un nouveau nom à porter… Vous reportez votre date de remariage par deux fois, prétextes bidon à l'appui. Vous vous surprenez à faire des travaux dans votre intérieur: peinture, réaménagement des sols, etc., alors que vous êtes censé emménager avec votre futur époux sans plus tarder.

Runaway Bride, c'est vous! Vous rompez.

Le mal de mer… vous tanguez dans votre chambre, vous pleurez sans arrêt devant des inconnus, vous perdez du poids, vous disparaissez dans vos vêtements. Malade comme Serge Lama dans la chanson. Orpheline.

Le Capitaine Haddock, entre-temps a appelé SOS Ego et tire sur tout ce qui bouge. Les filles tombent comme des mouches dans son lit transformé en quai de gare. Il les consomme presque en brochette. Insatiable appétit d'ogre pour une vengeance interminable, digne d'une épopée! Même certaines de vos copines y passent! (Chouette! Plus besoin d'ennemies!) Il rase tout sur son passage. Ground Zero, c'est vous. Vous ne régnez plus que sur des décombres et des cadavres. Mais la rencontre avec un homme merveilleux ne tarde pas à vous faire pousser des ailes. Exit le buvard à whisky. Désintoxication rapide et réussie. Tirée d'affaire. Beaucoup trop rapide à son goût parce que «même mort, vous étiez censée porter son deuil… à vie!»

Attention: si un homme cherche à vous impressionner en se tenant en équilibre sur un seul pied après avoir ingurgité une bouteille d'alcool, détalez !

 

 

 



02/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres