Bélinda Ibrahim

L’apprenti philosophe pervers

L’apprenti philosophe pervers

 

 

Voilà un spécimen qui prétend penser. Et qui le revendique. Et qui l’écrit ! Ce mordu de philosophie vit dans la trouille d’être un jour réinterprété par ses confrères (philosophes s’entend) comme l’ont été et le sont ses prédécesseurs. Pour se protéger de l’inévitable poisse qui l’attend, il s’essaye à différentes formes d’écritures, avec un net penchant pour la notion d’écriture plate : écriture qui n’est préoccupée que par elle-même et qui glisse sur ses sujets. Tout comme lui. Une personnalité double voire triple, truffée de perversion et de narcissisme, fait de lui le plus insoupçonnable, car le plus difficilement détectable, des hommes à éviter. C’est un être qui oscille sans cesse entre le rampant et le vautour, l’humilité extrême et la suffisance arrogante. Tantôt végétal inoffensif, tantôt rapace aux dents aiguisées, il guette sa proie et prend tout son temps. D’ailleurs rien ne presse, le plaisir n’en sera que décuplé.

Comme tout pervers, il se croit investi d’une mission. Entre transformer l’humanité, conquérir le monde ou envahir l’espace, son alibi de missionnaire se tâte.

La compagne “ officielle- officieuse” qu’il se choisit -et qui tire les ficelles dans l’ombre- est généralement de taille à rivaliser avec son goût prononcé pour la manipulation. A deux, ils opèrent comme des bandits de grand chemin. Des terroristes mondains et sociaux qui balancent leurs bombes artisanales comme des boules puantes… à l’ignoble odeur de scandale. (Chacun des deux se repaît des exploits de l’autre ; c’est leur seule et unique condition de survie)

L’apprenti philosophe pervers est un monsieur qui vous offre des fleurs et vous enfonce avec leurs épines. Il se préoccupe sans cesse de votre bien-être, reste extrêmement poli, voire timide… S’extasie devant votre beauté, votre charisme indéniable, la douceur exquise de votre peau. Il se fait humble, tout petit, infiniment touché par tant de chance et de grâce céleste qui lui ont valu un simple regard de vous. Il est fier, très fier de l’attention que vous daignez lui accorder. D’ailleurs, il vous le signifie sans cesse. Mais le super piège se prépare et va se refermer tout doucement autour de vous sans que vous n’en ressentiez le danger. Pourquoi songeriez-vous à vous méfier d’un homme doté de qualités si essentielles et si rares ?

Alors que Dr Jekyll fait sa cour, Mr Hyde prépare ses coups bas. Tour à tour souffle coupé ou coupeur de souffle, les montagnes russes vous attendent au tournant de sa soumission plus feinte que réelle. Exemple : ne pas répondre à votre coup de fil ou votre SMS, le temps de vous laisser mariner dans le doute et la paranoïa, puis vous surprendre par son arrivée impromptue dans un endroit où vous êtes à mille lieux de vous attendre à le trouver! Effet de surprise garanti : vous oubliez de go vos griefs.

Le grand danger avec l’apprenti philosophe pervers c’est qu’il est difficile de s’en détacher à partir du moment où on “entre” dans son jeu. Dès qu’il a la certitude que vous baissez la garde et que vous vous abandonnez, il souffle le chaud et le froid, provoque vos inquiétudes pour, ensuite, s’en étonner l’air amusé en vous faisant croire que c’est vous qui êtes dans l’erreur et vous reproche vos «interprétations trop souvent hâtives». Le piège c’est surtout ça : vous rendre toujours coupable de précipitation et rester lui-même placide et cynique. Mais aussi vous dire en même temps la chose et son contraire, inlassablement, répétitivement.

Vous vous retrouvez en fin de compte à perdre votre énergie à jouer à déjouer les pièges qu’il vous tend de plus en plus souvent.

Maintenant qu’il a jaugé, évalué, noté le mental de sa proie (vous en l’occurrence), l’attaque se fait sous forme de piqué. Verticale. Un seul moyen d’éviter ou d’amortir son atteinte : l’ignorer ! S’il pensait alors opérer un “ touché coulé”, vous voici transformant la situation à votre avantage : «Touchée?», se demande-t-il. Pour le « coulé », comptez sur les bonnes âmes charitables qui vous entourent pour se hâter de lui dire que vous êtes… insubmersible !

Remède miracle anti-apprenti philosophe pervers : dès que vous soupçonnez un homme de faire partie de cette race au mental dérangé, DISPARAISSEZ ! Recette également valable pour les vampires. Les deux se liquéfient au contact de la lumière…

 



02/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres