Bélinda Ibrahim

La mante religieuse

La mante religieuse

 

Son terrain de chasse ? Les hommes ! Tous ? Les plus célèbres d'entre eux ! La mante religieuse croque les fils d'Adam en fonction de leur grade et de leur notoriété. Sa philosophie ? Échanger volontiers le père contre le fils même si le sieur est marié. Qu'importent éthique et conventions sociales devant une belle partie de jambes en l'air torride dont la polyandre qu'elle est –et qui n'hésite pas à déclarer « Quand un homme me plaît, cela accroît évidemment ma curiosité »- est si friande ;  convaincue qu'elle est que « le désir à l'inverse de l'amour ne dure que trois semaines » et que ce désir là est précisément le moteur de sa vie. Que peu importent le chagrin et la douleur d'une séparation lorsqu' après chacune d'elle, elle se « sent rajeunir » sans doute repue de la chair de ses nombreuses victimes qu'elle tue du regard avant de les achever après une longue agonie en consonnes et voyelles en fonction de leurs divers prénoms. La mante religieuse est un redoutable stratège : ses coups de foudres frappent à la vitesse du son et se trouvent facilités lorsque sa proie est fraîchement divorcée et en quête de first lady ! La parade n'en sera que plus belle en attendant la dérobade ! Notre dame aurait bien pu être l'héroïne de Suskind dans « Le parfum »  s'il réécrivait un remake 2007-2008 de son célébrissime roman avec une Mante en guise de Grenouille. C'est qu'elle ne manque pas de flair cette plante carnivore qui vient de remporter le quinté plus en s'affichant avec un célèbre chef d'État coureur de son état. Il arrive à temps pour couronner son palmarès et étoffer un Curriculum Vitae de people consommés sans vergogne. Le problème qui se pose à notre belle aux pommettes saillantes (et bien refaites comme l'ensemble de son visage d'ailleurs !) c'est le post coïtum présidentiel ! Comment viser plus haut ? C'est là où le piège risque de se refermer sur elle en l'enfermant dans une monogamie étouffante à moins qu'elle ne décide de stagner sur ce statut et d'enchaîner les têtes couronnées en jetant son dévolu sur les plus célèbres d'entre eux le temps que ses charmes, irrésistible élixir dont s'abreuve sa cour masculine, s'estompent avec le temps et ses usures et cessent d'opérer comme de l'arsenic déguisé en fruit de la passion. Mais d'ici là, faudrait avouer qu'une belle décade d'opportunités se trouve à la portée de ses jolies dents aiguisées et que les historias de cette tigresse ne sont qu'à la case départ d'un univers dont elle possède désormais une première clé en attendant de s'emparer d'un trousseau de mâles en mal de la détrousser. Et pendant qu'elle plantera son venin dans chacune de ses proies à venir, elle sera assurée de figurer à la une des journaux et en couverture des magazines du monde entier.

Cela s'appelle une remarquable reconversion en Marketing de sa propre image de marque. La mante religieuse est une pub autoalimentée, une consommatrice d'énergie naturelle écolo, née en harmonie avec la planète terre. C'est Eve qui rencontre Adam sans lui faire croquer la pomme puisque c'est elle qui, en finale, le croquera tout cru sans pourtant priver les mortels d'une descendance de sa propre chair. Narcisse se doit quand même de laisser une trace humaine de son passage, aussi robotisée que soit notre bionic woman au visage angélique trompeur. Celle qui loue les joies du célibat, de la polygamie et de tous les plaisirs qui accompagnent les états qui signent son identité première se reconvertira t-elle à une monogamie temporaire, l'espace d'un mandat ?

Parions que Walt Disney aurait pu s'inspirer du Marquis de Sade s'il devait aujourd'hui adapter à l'écran le portrait d'une Cendrillon des temps modernes !

 



04/05/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres