Bélinda Ibrahim

La plus-que-parfaite dans un passé antérieur

La plus-que-parfaite dans un passé antérieur

 

 

 

C'est une tombeuse hors pair, une nana qui fait craquer les mâles de 7 à 77 ans et qui raconte ses prouesses dès la première gorgée de vodka : « When you go black you never come back ! » Le ton (et la couleur) est donné. La soirée en sa compagnie se poursuivra sur ses péripéties de serial-mante religieuse qui a TOUT essayé dans sa vie. Le hic avec la plus-que-parfaite dans un passé antérieur c'est que son discours détonne avec son allure plutôt has been et un peu trop enrobée. Difficile de l'imaginer en Glenn Close dans « Les Liaisons Dangereuses » manipulant les hommes avec la dextérité d'une femme qui consume la testostérone comme des mouchoirs en papier en mode usage unique et jetable.

C'est simple : si vous n'avez pas connu un homme de couleur vous êtes la femme la plus ignare qui soit en matière de sexe, une néophyte inintéressante. Même si votre cour masculine est loin d'être négligeable, la plus-que-parfaite dans un passé antérieur ne vous décernera pas le label de femelle. Femme peut-être, mais femelle ? Impossible si vous n'avez pas goûté à « ça » !! Vous vous sentez toute petite devant son étal de frasques inimaginables mais néanmoins confirmé par ses copines qui l'ont connue au bon vieux temps où elle pétait le feu…et les plombs !

Oui, vous avez affaire à une ex-bombe sexuelle qui refuse de se rendre à l'évidence que ses charmes ne sont plus les mêmes et que ses attributs passés ne sont que de pauvres vestiges devant lesquels aucun « petit-mignon-musclé-beau-à-croquer » qu'elle convoite ne s'arrêterait à moins d'un appât largement compensatoire : à coup de $$$, d'alcool dur, de joints déshinibants voire carrément des effaces-mémoire ! Parce que pour passer par Madame « sexe à tout faire », faut être complètement K.O et avoir la mémoire très courte. Le genre de trip honteux sur lesquels on ne s'attarde généralement pas. D'ailleurs, ces pauvres gars ont intérêt à se montrer à la hauteur des performances attendues. Sinon, gare à la langue pendue qui transformera des Inchs en millimètres et de longues minutes en secondes GMT.

En milieu de soirée, la bouteille de vodka largement entamée, la verve et le décompte des conquêtes de la plus-que-parfaite dans un passé antérieur à peine arrivé au tiers porte un coup fatal à votre self-estime de potentielle séductrice. Cette consommatrice tous azimuts de la gent masculine est décidément déterminée à massacrer tout ce qu'il y'a de féminin autour. Nulle question de lui faire la concurrence : les mecs de la soirée, les postulants de la Star'Ac à la télé, ceux des spots publicitaires, bref tout ce qui est génétiquement un authentique XY dans un rayon extraplanétaire a été ou est fait pour elle !

Devant cette somme d'hormones en folie, vous avez intérêt à écouter et surtout ne jamais montrer un moment d'incrédulité : vous passerez pour la petite envieuse- jalouse qui donnerait cher pour goûter au centième des plaisirs dont la chère dame se fait une joie de décrire…en n'omettant aucun détail, du plus infime au plus sordide !

La panoplie (insoupçonnée par la naïve que vous êtes) de sex-toys en mode vibreur, silencieux, courant alternatif, bagues multifonctions, objets intrusifs, fruits érotisants, bains de champagne, parties de chocolat en l'air, aphrodisiaques en tous genres, Kama Sutra revu et corrigé, tantrisme selon sainte plus-que-parfaite, récitée dans une interminable litanie tyrannise votre tympan affolé par tant d'informations classées XXL par votre résidu de pudeur, aussi affranchie que vous pensiez l'être.

En fin de soirée, c'est elle qui a entamé la bouteille de vodka et c'est vous qui en arrivez à la trouver irrésistible. Ca y est, vous êtes endoctrinée.

C'est comme cela que l'on procède dans les sectes. Maintenant que votre lavage de cerveau est achevé, vous la regardez avec d'autres yeux. Elle incarne à elle seule « L'Empire des Sens » ; vous êtes défaite comme Napoléon après Waterloo.

Heureusement que minuit arrive à la rescousse et que Cendrillon se retrouve brusquement en haillons ; sa citrouille l'attend dehors et, curieusement, son escarpin épouse admirablement votre pied. Mais qui voudrait chausser un vertigineux talon-aiguille démodé lorsque des cuissardes dernier-cri sont à portée…de main !?  

 

 

                                                                                                                                                                            

                                                                                                                                           



02/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres